Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 22:29
Sommes-nous tous dépendants?

C’est certainement l’état le plus insidieux (dont nous ne mesurons pas l’impact), de l’être humain.

La dépendance est une relation de subordination, le fait d’être sous l’autorité ou sous l’influence de quelqu’un, quelque chose, qui nous empêche d’être autonome.

Notre développement personnel passe inévitablement par cette relation d’interdépendance. Dès la naissance, nous sommes dépendants de notre mère, puisque incapables de nous gérer, de nous alimenter, de marcher, de parler…Ce qui crée forcément une relation de dépendance, donc nécessaire pour pouvoir survivre. C’est le premier devoir des parents d’apprendre à l’enfant à devenir autonome. Les parents ont du mal à lâcher prise et à laisser à l’enfant l’autonomie essentielle à sa construction personnelle. Pourtant, cette phase est primordiale, pour que l’enfant devienne adulte. Les parents ont souvent peur pour leur(s) enfant(s), peur qu’il leur arrive quelque chose, peur qu’il ne s’en sorte pas tout seul, que l’enfant se sente perdu, voire abandonné, si le parent le laisse faire, peur de ne pas être à la hauteur de ses responsabilités…entre sentiment d’insécurité, de culpabilité, d’amour protecteur, pas facile de se détacher de son enfant. Oui, l’adulte doit montrer l’exemple, mais aussi accepter que l’enfant puisse se tromper, tomber, souffrir, et ce n’est pas rendre service à l’enfant que de vouloir assumer tout ce qu’il vit et devrait faire par lui-même. Pas simple non plus pour le parent de savoir à quel moment l’enfant peut se responsabiliser, et cela dépend également du tempérament de l’enfant. Mais une chose est sure, il est obligatoire de trouver ce moment et de considérer l’enfant comme un être responsable et pouvant se gérer tout seul. Autrement, il cherchera une dépendance, qu’elle soit psychologique, affective, fonctionnelle, matérielle, psychologique...

Ce qu’il faut essayer de comprendre, c’est pourquoi nous sommes dépendants.

Etre dépendant d’une relation, d’un sentiment, d’une personne, d’une drogue, d’une routine, d’une situation, avoir une addiction, a une cause, un effet, des répercutions. Peut-être que la dépendance a un côté réconfortant et rassurant, qu’elle permet de ne pas assumer, de ne pas affronter, de fuir, de ne pas se responsabiliser. C’est une faiblesse en fait. Nous dépendons de quelqu’un ou quelque chose parce que nous n’arrivons pas à trouver la force de faire autrement, ou de renoncer, ou s’imaginer vivre sans.

Dépendance et plaisir

La dépendance est insidieuse pour cela, c’est qu’elle peut procurer un plaisir, une satisfaction, un soulagement, parfois une ivresse, un bien-être, un réconfort qui peut nous plaire et nous satisfaire. Nous détenons dans notre cerveau un circuit multifonctionnel pour le désir. Une seule chose nous détermine à souhaiter quelque chose et nous diriger vers la cible de nos désirs quels qu’ils soient : le plaisir.

La dépendance nous lie à l’élément addictif et nous emprisonne dans une bulle où n’existe que soi et l’élément addictif, alors cela défini l’isolement. C’est justement ce plaisir et se désir que procure l’élément addictif qui nous rend dépendant. Le cerveau assimile l’élément addictif au plaisir. Chez les humains, les sensations agréables apparaissent dans deux situations : quand on veut quelque chose ou quand on reçoit quelque chose qu’on aime. Ces deux vécus, la volonté et le désir ou l’anticipation et le plaisir sont déclenchées de façon différente dans le cerveau. Lorsque nous nous réjouissons de façon anticipée de quelque chose, le cerveau sécrète de la dopamine. A contrario, lorsque nous savourons quelque chose les neurotransmetteurs sont les opioïdes.

L’addiction n’arrive pas par hasard, certaines personnes seront plus facilement dépendantes, ceux qui sont faibles psychologiquement, qui ont besoin d’une addiction pour se sentir normal, pour oublier ou dépasser une angoisse, un stress. L’élément addictif amène le plaisir et donc d’une certaine façon s’opposer à ce plaisir provoque la frustration. Ne pas savoir gérer la frustration ou la refuser, amène potentiellement à devenir dépendant de quelque chose ou quelqu’un. Tout est lié finalement, quand les parents accèdent aux désirs de leur enfant, alors ils ne leur apprennent pas la frustration.

La dépendance peut s’accentuer, et devenir critique, perverse et se transformer en maladie neurologique. Le plaisir de bien manger peut se transformer en boulimie, le plaisir de pratiquer un sport en obsession, le plaisir de gagner dans la passion du jeu. Tous les comportements obsessifs apparaissent de manière semblable.

Indépendance et dépendance ?

Nous pouvons tous potentiellement être dépendant de quelqu’un ou quelque chose, et en vérité nous le sommes tous. Que ce soit d’un produit, d’une situation, d’un travail, d’un sentiment…mais toutes les dépendances n’amènent pas du plaisir, certaines amènent insécurité, stress, inconfort, mal être. Ca peut être le cas d’une dépendance psychologique, matérielle, affective, et cette dépendance nous empêche de vivre, nous perdons toute autonomie, toute indépendance et l’objet, la cause ou la personne responsable de notre dépendance tient une place centrale dans notre vie. Nous ne nous en rendons pas forcément compte, ou n’identifions pas cela comme une dépendance, c’est très pervers. Engendrant à la fois un attachement à cette dépendance et une profonde angoisse à l’idée de perdre cet attachement. Se sentir comme piégé de quelqu’un ou quelque chose est inconfortable voire préoccupant. Comme si notre vie en dépendait, mais ce n’est pas notre vie qui en dépend, c’est nous. De quoi sommes-nous dépendant finalement ? Dépendants et prisonniers de notre peur de ne pouvoir vivre sans.

A suivre....

Partager cet article

Repost 0

commentaires

serrurier paris 24/11/2014 21:29

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

organique 12/11/2014 19:30

Merci très beaucoup pour cet extrait de littérature. Sympa.

Esprit, Ouvre-Toi !

  • : Le blog de chroniquelles
  • Le blog de chroniquelles
  • : Différentes chroniques sur nos expériences et la façon d'aborder certaines situations, l'ouverture d'esprit, la gestion des émotions et les relations humaines.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens